Côtes de Provence

La bordure maritime cristalline des Maures.
Ce terroir parcourt le littoral et s'étend jusqu'aux hautes terrasses des Maures.
Le Terroir de La Londe
a été reconnu par l'I.N.A.O. Les cuvées 2007 en rosé et rouge, devraient vraisemblablement être commerciali sées avec l’appellation “ Côtes de Provence - La Londe”. Le millésime 2009 présente un lien de parenté avec 2007 au vu des dégustations faites sur les vins du littoral. Après un printemps pluvieux, mai et juin ont été chauds, laissant place à un été sans forte chaleur, ce qui a permis de préserver les arômes sur les blancs et les rosés. Les vendanges légèrement plus précoces qu'à l'habitude, ont donné des raisins très sains, avec une matière concentrée et des taux d'alcool potentiel, assez élevés. " Certains vignerons ont subi des pertes sur les cépages tardifs au moment des grosses pluies et grêles de fin septembre " nous fait remarquer Anne Laure Courtin, œnologue à La Londe, " Mais au total beaux blancs et rosés, plein de rondeur et de parfum ; le plus compliqué ayant été de gérer le compromis alcool/fruit ". Fruits exotiques, ananas, mangue et fruits de la passion, avec des notes de fruits confits sur les blancs, très pamplemousse sur les rosés, pour lesquels il était plus délicat de sauver la fraîcheur. Même constatation pour les rouges, fortement charpentés mais de tanins mûrs, ceux-là seront pour la dégustation de l'année prochaine. Des disparités apparaissent sur les rouges 2008 avec de très belles expressions terroir, soulignées par la fraîcheur ; un millésime que l'on peut qualifier de correct, sans grosses matières, où les bons vignerons font la différence. 2007 comme dans le reste du grand Sud-Est offre des vins solaires, puissants et aromatiques (fruits noirs, cerise à l'eau-de-vie et cacao) avec une fraîcheur sauvegardée..

Les Côtes de Provence en chiffres, c'est 19 000 hectares , 4e AOC française en superficie et une production de 100 millions de bouteilles par an. 84 communes sur 3 départements : le Var, les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes. ls se déploient des bords de la Méditerranée aux collines du haut pays (du Sud au Nord) et de la Sainte-Victoire à l'arrière-pays niçois (d'Est en Ouest).
On y distingue cinq terroirs, chacun d'entre eux possédant des caractéristiques propres : la bordure maritime cristalline des Maures ; la vallée intérieure ; le plateau triasique du haut pays ; le bassin du Beausset ; le massif de la Sainte-Victoire. Tous néanmoins bénéficient de longues périodes anticycloniques qui provoquent deux saisons sèches : longue l'été, brève l'hiver ; une pluviométrie moyenne de 600 mm; un ensoleillement de 2700 à 3000 heures par an. Ils connaissent 12 vents, dont le fameux mistral, froid et sec, qui repousse d'éventuelles maladies.
Géologiquement, on trouve une large zone calcaire et une zone cristalline, résultats de l'érosion des massifs des Maures et de l'Estérel. Ses vignerons cultivent essentiellement l'art du rosé (80% de la production) qu'ils proposent sec et fruité. Les rouges (16%) offrent une palette assez vaste de goûts, peu de blancs, donc (4%). On retrouve, pour les rouges et rosés, les cépages suivants : Grenache, Cinsault, Syrah, Tibouren, Mourvèdre, Carignan et Cabernet-Sauvignon. Et pour les blancs : Rolle, Sémillon, Clairette et Ugni blanc.Les Côtes de Provence ont accédé à l'appellation d'origine contrôlée en 1977.
bord
st trop
porq laffite