Imprimer
Catégorie : A.O.C. Patrimonio-MuscatCap
Affichages : 2120

Une partition naturelle...

 

Avec le "Nativu", cette statue menhir vieille de 3000 ans, St Florent, son portescale romain, sa cathédrale qui fut le centre d'un évêché au 5ème siècle et Saint Michel de Muratu, un trésor d'art roman, cette région n'a pas volé son beau surnom de "Conca d'Oro".

 

Le tableau serait incomplet si l'on n'y rajoutait les placages calcaires du Miocène abritant le vignoble de Patrimonio. Morcelé en petites propriétés, ce vignoble a conquis depuis fort longtemps ses lettres de noblesse. Cette renommée, il la doit autant à la qualité de son climat - la région est bien protégée des vents par les montagnes environnantes - qu'à son terroir où se mêlent les éboulis calcaires et l'argile ou qu'au savoi r - fai re ancestral de ses vignerons. Mais comment évoquer cette région sans le Niellucciu et le Vermentinu, ces cépages emblématiques. Si le premier produit des vins puissants, très charpentés et structurés, qui demandent à être conservés puis redécouverts après une garde moyenne et des rosés de soleil et de fruits, le second nous offre chaque année des blancs secs bouquetés d'une richesse aromatique remarquable. La grille ampélographique serait incomplète si l'on occultait le muscat à petit grain, un raisin qui donne des vins doux naturels de grande classe. Avec 388,2 ha pour une production d'environ 10 000 hl et un rendement de base de 41,9 hl/ha, Patrimonio est avec Ajaccio la seule Appellation "Cru" de notre île. Si son terroir apparaît d'une grande homogénéité, il n'en est pas de même pour la production.

 

La tendance du Millésime

 

A Patrimonio, la vigne n’a pas autant souffert en dépit de l’absence de pluie et surtout des orages de mi-aout, ceux qui apportent en année « normale » les taux de précipitations habituels. La sécheresse semble avoir été mieux supportée. Les sols plus profonds, argilo calcaires, moins drainants, plantés majoritairement avec du Niellucciu, sont autant de raisons qui peuvent expliquer ce résultat.Vins blancs et vins rosés sont très expressifs. Les vins rouges, délicats à « négocier » du fait des forts titres alcoométrique enregistrés – surtout avec le Sciaccarellu- et du fait de la « brutalité » du processus de maturation, présentent tout de même après élevage, un très bel équilibre En rouge, la qualité du millésime est quelque peu hétérogène, outre une baisse de production estimée à 25 % sur les zones granitiques, on a relevé un retard de maturité, conduit des vignerons à vendanger pour certains jusqu’à la mioctobre. Outre le classement de l’appellation, l’autre bonne nouvelle dans ce panorama quelque peu assombri par des éléments, c’est l’émergence les jeunes vignerons bien décidés à inscrire dans le calcaire leur volonté de faire partie d’une nouvelle histoire commune.