2017: un millésime historique

Démarrer les vendanges à mi-août, de mémoire de vignerons provençaux on n’avait jamais vu ça et pourtant c’est ce qui arriva l'année dernière avec pour conséquence, chez certains, une perte de production allant de 10 à 40 %. Cette sécheresse du mois de juillet et d’août vint ponctuer une saison pour le moins difficile et fut marquée par un épisode de gel du 29 avril 2017 qui impacta le centre var et les coteaux d'Aix. L’effet sur certains domaines est d’être touchés à plus de 70 % Par bonheur les vignes ont pu être préservées de la maladie grâce à l'influence bénéfique du mistral. Ce qui veut dire que ce millésime est sans doute le plus difficile depuis le début du siècle, de ce fait les vignerons ont dû naviguer à vue et anticiper les vendanges à 48 heures d'intervalle. N'hésitant pas d’anticiper la récolte lorsqu'une parcelle ayant pu bénéficier d'un petit orage de dernière minute et présentait enfin des grappes chargées de raisins.
Compte tenu de ses difficultés climatiques, on peut dire les vignerons et les oenologues ont eu de quoi s’occuper pour réussir à obtenir après vinification des vins conformes aux attentes des consommateurs, notamment sur les rosés et les blancs où les équilibres en alcool et acidités sont difficiles à trouver lorsque les conditions sont extrêmes, comme elles le furent cette année. Autre conséquence des conditions climatiques est la diminution de la pagination de notre guide, en effet, celui-ci, basé sur la dégustation, certains vignerons pour cette année ont préféré faire l'impasse d’une parution que de présenter des vins de qualité moindre.
Quoi qu'il en soit on peut affirmer pour cette année difficile, que les vins ayant franchi la barre des quatre étoiles sont vraiment de belle qualité et que penser des cinq étoiles, ils pourront dès maintenant être considérés comme des vins champions du monde. Réaliser un si beau contenu dans des conditions tellement difficiles, c’est honorer ce millésime historique

Les dégustations 2018

Pour saluer le vignoble belletan et la formation vitivinicole, nous avons choisi de nous rendre successivement au Château de Crémat ou nous avons été recu par son directeur Bruno Lust puis au Lycée professionnel agricole les Magnanarelles aux Arcs sur Argens où nous avons été invité par mme Brigitte Bondy , sa directrice .Notre comité avait cette année une forte coloration sommelière et oenologue. Autour Joël Langlais, ancien président des sommeliers de Bretagne nous avons réunis, Bernard Fromager Jean-Paul Scotto Philippe Josselin, Frédéric Aimé, Christiane Langlais, Alexandre Sverloff, Thierry Diaz, Thierry Morra, Jean-Luc Chauvet, Ludovic Asseman, Jérome Châtelet,Philippe Populin, Olivier Lesca, Didier Bardet et Julien Ponzi. Mrs Niellez Thiolais et Juskiwieski complétaient le jury le dernier jour.
Le comité a dégusté à l'aveugle et dans les règles de l'art, les vins classés en A.O.C. et un choix de vins de pays haut de gamme de 160 producteurs sur les 9 appellations de la Provence viticole, sélectionnés par critères de production en qualité suivie, vins de terroir et vins d'auteurs.
Au fil de ces pages, vous les découvrirez, vous pourrez vous inspirer de leurs notes mais sans exclusive, car les vins se goûtent à la cave, et rien ne saurait remplacer le contact avec le producteur. Ce, d'autant plus que, suivant les cépages ou les millésimes, certains vins goûtés mi-mai peuvent évoluer en quelques mois, voire se bonifier en quelques années, pour les vins rouges de garde. Une chose est certaine, les vins jugés bons, voire excellents, le seront toujours lorsque vous les consommerez…avec modération.

La Provence viticole

provence viticole
Côtes de Provence
cote de provence

Emprunter la route qui sillonne les vignobles des AOC de Provence, c'est découvrir, outre d'excellents breuvages, un état d'esprit : l'art de vivre provençal. Couleurs, senteurs, goûts mais aussi paysages magnifiques et monuments historiques ponctuent le périple.

Pays d'Aix

Le vignoble de l'appellation Coteaux d'Aix s'étend sur quelques 42 communes à l'Ouest d'Aix-en-Provence et au Sud d'Avignon. Souvent à l'abri du Mistral et profitant du soleil, les sols sont variés et offrent donc une diversité des vins produits. Il s'agit essentiellement de rosés que l'on boit jeunes afin d'apprécier leurs arômes fruités. Les rouges produits en plus faible quantité n'en méritent pas moins qu'on leur porte un intérêt : certains sont fruités aux tannins fins, à déguster sans attendre ; d'autres révèlent leur élégance et leur puissance après 4 à 5 ans de garde. Quant aux blancs, on appréciera leur fraîcheur, leur délicatesse et leur finesse.Une visite d'Aix-en-Provence s'impose. Les chefs-d'œuvre architecturaux y sont nombreux. En descendant le cours Mirabeau, on aura l'occasion d'admirer la statue du Roy René, également baptisé " le Roy vigneron ", qui est l'œuvre de David d'Angers. Une halte au célèbre café des Deux Garçons pour une immersion dans un décor du XVIIIème siècle, avant de repartir dans les rues d'Aix. Dans la ville natale de Cézanne on pourra découvrir le lycée Mignet où le peintre noua des liens d'amitié avec Emile Zola. Quelques-unes de ses toiles sont exposées au Musée Granet.
Au pied de la Sainte-Victoire, qu'il a peinte sous toutes les coutures, se trouve le petit village de Palette. Situé au sud d'Aix-en-Provence, sur la route de Nice, il doit sa renommée à ses vins. Les blancs sont réputés pour compter parmi les meilleurs de Provence.

Direction Cassis  
     Le terroir de l'appellation Cassis se situe dans un cadre idyllique. Surplombé par les très hautes falaises du Cap Canaille il s'étend jusqu'à la mer. Les eaux des Calanques sont d'une limpidité surprenante. Le vignoble est planté en restanques sur un sol d'éboulis calcaires et marneux profitant d'un climat sec et chaud. Résultat : les blancs sont vifs et profonds, et prennent de la chair en vieillissant, la durée de leur conservation peut aller de 3 à 8 ans. Les rosés sont considérés comme les meilleurs deProvence. Les rouges ne représentent qu'une infime partie de la production.Le petit port de pêche célèbre le 29 juin la fête de la saint Pierre, saint patron des pêcheurs, par une sortie en mer et une bénédiction.

Les Baux  La commune des Baux, aux allures de petit village médiéval, se trouve au cœur des Alpilles. Les touristes ne s'y trompent pas, qui se pressent pour visiter, perché sur un rocher, son château et son donjon. Difficile donc d'éviter l'affluence pour découvrir cet endroit chargé d'histoire. Le vignoble s'étend autour du village, sur les versants Nord et Sud des Alpilles. L'alliance des cépages grenache noir, syrah, cabernet-sauvignon et cinsault confère aux vins des arômes de fruits rouges et noirs, de poivre, de cannelle et de girofle. La production AOC concerne uniquement vins rouges et rosés. Au mois de mai, se tient le concours des vins des Baux, auquel peuvent participer les vignerons des 12 domaines des Alpilles. Un diplôme est décerné par couleur (rouge, rosé, blanc). Et en novembre le vin est à l'honneur avec l'organisation d'un salon qui se déroule en divers points du village. Une promenade au gré des ruelles est l'occasion de dégustations, de se restaurer en compagnie des vignerons et d'apprécier les animations des artistes de rue. Des œuvres sur le thème du vin sont également exposées pour la circonstance.

Bandol
Si l'appellation porte le nom de Bandol, c'est en vain que l'on cherchera un pied de vigne dans cette ville de l'Ouest toulonnais. Celle-ci est en effet plantée sur 11 communes alentour. Un terroir composé de marnes calcaires et un cépage principal, le Mourvèdre, offrent des rouges corsés et tanniques. On peut néanmoins observer une grande diversité de ces vins, résultat de la multiplicité des nuances de sols. Les Bandols rouges sont des vins de garde, il est possible de les conserver jusqu'à 20 ans et plus.
Les rosés représentent environ 60% de l'appellation et, d'une manière générale, sont loin d'être décevants. La fête de la naissance du millésime est célébrée chaque premier dimanche de décembre à Bandol. On assiste alors à la concentration de sommeliers sur le port, mais également à une représentation théâtrale en pleine rue. Les vignerons eux n'hésitent pas, le temps de cette journée, à revêtir des costumes sur un thème choisi.

Côtes de Provence
L'appellation couvre une grande partie du Var, un tiers environ, et se prolonge à l'Ouest jusque dans les Bouches-du-Rhône et à l'Est sur une petite partie au Nord de Nice. Son terroir est le plus vaste de Provence, à tel point que l'on y distingue 5 terroirs (bordure cristalline des Maures - vallée intérieure - plateau triasique du haut pays - bassin du Beausset - massif de la Sainte-Victoire) qui correspondent à 5 grandes zones naturelles. Outre celle des sols, on distingue également un diversité des cépages qui offre un large éventail de nuances dans les vins produits ici en grande quantité. Les vignerons des Côtes de Provence se sont dotés d'une " vitrine " : la Maison des Côtes de Provence, dont l'emplacement aux Arcs-sur-Argens, au cœur du terroir, n'est pas anodin.
Celle-ci abrite une vinothèque des 620 meilleurs crus de l'appellation, un centre d'œnologie, un caveau climatisé idéal pour les dégustations et, enfin, un restaurant, " le Bacchus gourmand ".

Coteaux varoisAutour de Brignoles, cité des Comtes de Provence, et ville principale de l'appellation, le vignoble couvre 27 autres communes du Haut-Var sur des sols argilo-calcaires. A proximité deBrignoles, et à ne surtout pas rater : l'Abbaye de la Celle, chef-d'œuvre de l'art roman, qui date du XIème siècle. Elle accueille la Maison des Vins des Coteaux varois où l'on peut s'adonner aux plaisirs de la table, mais également des yeux et des oreilles puisque s'y tiennent expositions de peinture, de sculpture, de photographies et des concerts. Profanes et professionnels y trouveront leur bonheur à travers la visite d'une exposition pédagogique sur la vigne et le vin, le musée d'objets et outils de vignerons, un point de dégustation, une vinothèque, des bornes interactives et films vidéos, etc.

Bellet Un tout petit terroir au Nord de Nic e pour de grands vins. Les blancs sont typiques et aromatiques, ils peuvent vieillir. Les rosés sont le fruit du cépage Braquet,peu ou pas assemblé de grenache ou cinsault. Et les rouges se composent essentiellement de deux cépages typiquement niçois : la folle noire et le braquet..Outre le célèbre carnaval, nombre de manifestations se succèdent tout au long de l'année afin de perpétuer les traditions et la forte identité qui règne ici. Parmi elles, la fête de la vigne en septembre, mois des vendanges, est immuable. Au programme : des dégustations bien sûr, mais aussi des danses, du folklore et des fanfares, des jeux pour les enfants. Ce jour-là le vin de Bellet est célébré comme il se doit.

Pour fêter les 70 ans des appellations de Bellet, nous avons fait une entorse à la règle qui veut que nous ne dégustions jamais dans un domaine viticole. Aussi, pour pour saluer le vignoble belletan avons- nous choisi de nous rendre au Château de Bellet .Ghislain de Charnacé, et sa fille Bérangère, ont accueilli le comité de dégustation à Bellet pour la première session.

Pour fêter les 70 ans des appellations de Bellet, nous avons fait une entorse à la règle qui veut que nous ne dégustions jamais dans un domaine viticole. Aussi, pour pour saluer le vignoble belletan avons- nous choisi de nous rendre au Château de Bellet .Ghislain de Charnacé, et sa fille Bérangère, ont accueilli le comité de dégustation à Bellet pour la première session. La seconde session s'est déroulée au Dolce Frégate Provence où le comité était reçu par le directeur général Pierre Sancho. Notre comité avait cette année une forte coloration sommelière et oenologue. Autour Joël Langlais, ancien président des sommeliers de Bretagne,d’André Reboul rédacteur en chef du guide des vins de la vallée du Rhône, et de Bruno Scavo, chef sommelier Café de Paris Monaco nous avons réunis les sommeliers: Ludovic Parfait, chef sommelier Les Pêcheurs Cannes, Lionel Compan, chef sommelier au Palais de la Méditerranée Nice, Laurent Nieri, sommelier au Château de Taulasne,Thomas Lorival (Oasis),David Federici (Auberge de la Madone Nice),MichèleOberg et Yves Mercier ; Les cavistes étaient représentés par Ghislaine Gilloux, Alexandre Sverloff, Bernard Fromager la cave à Biot, Philippe Populin la Cave du Loup à Villeneuve Loubet ,Mr Thiolais, Fredéric Duverger (cave à Cannes)
Le collège des vignerons, des oenologues et des techniciens était représenté par : 
Jacques Acher, Jean-Luc Chauvet,,Roland Duvernay (œnologue négociant en Vallée du Rhône),Laurent Walter, Marie-Aude Bussière ,Alice Pélestor, onologue et oléologue Christelle Gourin, Provence Œnologie SCM, Eglantine Chauffour (centre expérimental du rosé Vidauban), stéphane Bourret, œnologue et directeur Domaine Bastide Blanche,Gérald Rouby, œnologue et directeur Château La Font du Broc ,Jacqueline Lafaurie, œnologue formatrice ,Ranc Xavier, œnologue responsable Cave de la Roque Bandol. Quatre vignerons de bellet ont degusté: Gio Sergi Clos St Vincent ,Jean Spizzo Domaine Fogolar, Vincent Dauby Domaine Vinceline, Bérangère de Charnacé .Fabrice Lemesle et Jérôme Châtelet responsable dossiers agriculture BPCA. Jacques Denis, Paul Evrard ,René Tibéri ,René N'Guyen ,Didier Bacculini , Frédéric Aimé, Henri Derepas ,Michel Decaen , André Cazemajou, Christiane Langlais, Philippe Josselin, Robert Rémy,Gérard Nowak, Jérôme Cauvin, commercial en vin,Christophe, Cherpozat directeur adjoint Auchan Nice, épicuriens dans l'âme, ont joué le rôle de candide. Le comité a dégusté à l'aveugle et dans les règles de l'art, les vins classés en A.O.C. et un choix de vins de pays haut de gamme de 210 producteurs sur les 9 appellations de la Provence viticole, sélectionnés par critères de production en qualité suivie, vins de terroir et vins d'auteurs. 

De la grappe à la bouteille, le raisin subit plusieurs étapes qui nécessitent savoir-faire, patience et délicatesse. On peut distinguer les phases principales : vinification - fermentation - élevage et vieillissement.

   
Les rouges

    Le foulage intervient après la récolte. Le raisin est placé dans un fouloir, on en extrait le jus en prenant garde de ne pas écraser les pépins et la rafle. L'égrappage (ou éraflage) - avant ou après le foulage - est destiné, en ôtant les rafles, à éliminer l'excès de tannin.
Au cours de la cuvaison, la vendange fermente dans des cuves en bois, en ciment ou en métal. La température, minutieusement contrôlée, avoisine les 30°C. Etape capitale s'il en est puisque c'est à ce moment que les levures agissent sur le sucre du jus de raisin qui se transforme en alcool et en gaz carbonique.
Le sulfitage - introduction de doses d'anhydride sulfureux - permet de neutraliser la nocivité des bactéries.
Le vinificateur est à ce moment particulièrement attentif à la densité du moût, à l'acidité, à la couleur. La durée de la cuvaison (ou macération) est plus ou moins longue. Elle est fonction du résultat que l'on souhaite obtenir : des vins primeurs à consommer jeunes ou des vins plus charpentés et plus colorés destinés au vieillissement. Elle s'étend sur 10 jours à 3 semaines et parfois 30 jours pour des vins structurés.
Lors du décuvage, le vin est transféré de la cuve aux tonneaux. On obtient alors " le vin de goutte ". Dans la cuve, on peut encore trouver 10 à 20% de vin baignant dans le marc (peaux de raisin et autres matières solides de la vendange). Le marc subit alors le pressurage. De cette opération, résulte " le vin de presse ", plus chargé en tannin. Deux options sont alors envisageables : soit il est mélangé au " vin de goutte " dans des proportions variables, soit il est mis en tonneaux et sera commercialisé tel quel.
L'élevage, au cours duquel le vin acquiert sa personnalité, est réalisé dans des récipients totalement hermétiques (inox, acier, ciment revêtu) dans lesquels il conserve tous ses arômes ou dans des récipients de bois (barriques, boutes, foudres) où il développe maturation et complexité. Le vin de Bandol est gardé au moins 18 mois au contact du bois de chêne. C'est également le temps requis pour ceux de Bellet et de Cassis.
La durée moyenne de l'élevage des vins des Baux est en constante augmentation depuis la création de l'AOC (environ 18 mois), et ce afin d'obtenir des vins de plus en plus concentrés.
Le vin en tonneaux n'est pas encore tout à fait débarrassé des impuretés. Il faut également le séparer des lies. On s'en charge donc avec le soutirage. Le premier est nommé débourbage. D'autres suivront.
Ultimes étapes avant la mise en bouteille : le collage qui précipite les matières en suspension et la filtration qui achève d'épurer et de clarifier le vin.

Les rosés
On extrait les pigments colorés et les arômes contenus dans la pellicule du raisin soit directement par pressurage soit par macération de 2 à 20 heures à une température de 16 à 20°C (macération pelliculaire). Pour les Côtes de Provence, par exemple, on choisira l'une ou l'autre de ces techniques selon la matière première et le résultat désiré.
Les vins des Baux et des Coteaux d'Aix sont élaborés par saignée de cuve. Pour les Coteaux d'Aix, macération à froid des jus et des peaux. La durée de la cuvaison varie de 8 à 24 heures en fonction des cépages et des millésimes.
La fermentation (18-20°C) est généralement réalisée sur des jus clairs. Pour ce faire, on aura préalablement procédé à un débourbage.

Les blancs
Eraflée puis foulée, la vendange peut être égouttée dans le pressoir ou placée en cuve de macération pelliculaire. On a de plus en plus recours à la macération pelliculaire à froid pour les Coteaux d'Aix.
On dissocie vin de goutte et vin de presse qui pourront éventuellement être assemblés plus tard. Suivent débourbage et fermentation,cette dernière pouvant s'opérer en cuve ou en barriques.